Approche top-down et bottom-up

Dans la construction de la raison d’être, le comité de pilotage en charge du projet va devoir décider de son mode d’approche et de gestion de projet. Pour cela, il est important de connaître les deux types d’approche en gestion de projet : l’approche ascendante, et l’approche descendante.

Approche bottom-up

L’approche bottom-up, ou ascendante en français, consiste à partir du ‘bas’, c’est à dire du niveau le plus détaillé des échelons, et de remonter aux instances les plus élevées de l’entreprise. On utilise souvent cette approche quand on souhaite faire une synthèse d’une situation, afin de collecter des données terrain que l’on fait ensuite remonter à la direction. On obtient ainsi une vue d’ensemble d’une situation, que l’on sera en mesure d’analyser avec une vision globale.

Avec cette approche, on part du micro pour aller vers le macroscopique. Dans le cas de la démarche initiale du comité de pilotage, elle pourra être très utile. En effet, toute la phase concernant la consultation des parties prenantes et du recensement de l’existant se fera sous forme d’une approche bottom-up. Le comité de pilotage, ‘en haut’, demandera aux différents niveaux de l’entreprise concernés leur avis et leur feed-back, qu’il compilera ensuite dans une synthèse globale.

L’autre avantage de cette approche est son côté participatif : en prenant en compte les points de vue récoltés directement sur le terrain, la direction ou le comité de pilotage s’assure de mieux refléter les perceptions de chacun et de les prendre en compte dans la prise de décisions.

Approche top-down

L’approche top-down, ou descendante, est la démarche inverse de l’approche bottom-up. Elle consiste à partir de l’ensemble, et décliner la politique ou la ligne directrice en autant d’éléments détaillés qu’il y a de niveaux dans l’entreprise. On part ainsi du macro pour aller vers le micro.

L’animation et le déploiement du projet sont actionnés par le ‘haut’ et cascadent vers les différents services. Elle permet de conceptualiser le projet et de le diviser en éléments plus concrets et aisément applicables.

Cela peut donc être une approche particulièrement indiquée dans la phase de déploiement de la raison d’être. Le comité de pilotage, qui détiendra à l’échelle macroscopique le concept de la raison d’être, devra le décliner en principes concrets pour qu’elle puisse être vécue et appliquée par chaque service et chaque collaborateur. C’est là que l’approche top-down sera utilisée.

Une approche hybride

Chaque comité de pilotage pourra bien sûr décider librement de l’approche à adopter pour mener à bien ce projet qu’est la définition de la raison d’être. Mais pour s’assurer d’en tirer le meilleur, une approche hybride avec une phase de collecte bottom-up, suivie d’une phase de déploiement top-down, pourrait typiquement répondre aux différents enjeux de ce projet.

Les autres étapes pour construire une raison d’être