Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

La Responsabilité Sociétale des Entreprises, ou RSE, est une démarche volontaire des entreprises de prendre en compte les préoccupations sociales et environnementales dans leur stratégie, leur activité et leurs relations avec les parties prenantes. C’est également l’un des enjeux de la raison d’être en entreprise !

Enjeux de la RSE

En choisissant de mettre en place une politique RSE, l’entreprise décide d’adopter un comportement éthique et transparent. Elle prend ses responsabilités et s’engage envers le développement durable et plus généralement le bien-être de la société, tout en restant économiquement viable et innovante. Ces entreprises favorisent ainsi leur valeur économique qualitative, plutôt que la valeur économique quantitative pure, dénuée d’intérêt social.

L’un des pivots de la RSE concerne les enjeux environnementaux. Cela va notamment passer par la mise en place de dispositifs pour le traitement des déchets en entreprise, ou encore la sensibilisation des parties prenantes à l’économie d’énergie.

L’entreprise va également être encouragée à adopter une politique d’achat plus ‘green’, afin de se fournir auprès d’entreprises elles-mêmes plus responsables.

Un autre enjeu majeur d’une politique RSE dans une entreprise va concerner l’aspect social. Une entreprise socialement responsable s’engage vis-à-vis de la société à respecter les droits humains des salariés et des consommateurs. Cela signifie être très vigilante quant aux lois de l’Organisation Internationale du Travail, concernant par exemple les conditions de travail des sous-traitants dans les pays étrangers (travail des enfants…).

L’entreprise responsable s’assurera également d’optimiser les conditions de travail de ses collaborateurs et leurs relations. Des critères éthiques seront pris en compte, comme la prévention des discriminations, l’égalité des chances, ou encore l’embauche de travailleurs en situation de handicap.

Reconnaissance de la RSE

Comment sont mesurées les actions allant en faveur de la RSE ? Tout d’abord, il existe aujourd’hui des normes et labels qui permettent d’y voir plus clair dans le paysage des critères à respecter pour pouvoir désigner une entreprise comme responsable dans ce domaine.

La norme ISO 26000 par exemple, publiée en novembre 2010, établit les lignes directrices à respecter en matière de RSE. Elle n’est pas certifiante, mais c’est le premier standard international à avoir été mis en place en matière de RSE. Elle fait état des comportements à adopter pour répondre aux grands enjeux sociaux et environnementaux qui s’y rapportent.

Certains labels ont aussi été créés, pour leur part certifiants, afin de pouvoir attester des bonnes pratiques des entreprises en matière de RSE. C’est le cas par exemple du Label Diversité ou du Label Égalité, qui visent à récompenser les entreprises ayant mis en place des politiques exemplaires en matière de gestion de leurs ressources humaines.

Obligations de reporting RSE

En matière de reporting, les entreprises françaises cotées en Bourse ont obligation depuis 2001 de publier un reporting RSE. La loi Grenelle 2 de 2010 étend cette obligation à toutes les entreprises de plus de 500 salariés. Ce rapport, appelé Déclaration de Performance Extra Financière, fait état des informations sociales et environnementales, mais aussi des engagements sociétaux de l’entreprise, notamment en matière de développement durable.

Cependant, même lorsqu’un rapport RSE n’est pas obligatoire, notamment pour les PME, avoir une démarche RSE implique de communiquer sur sa politique. Cela peut se faire via le rapport annuel de l’entreprise par exemple, si elle en possède un. Au-delà de l’obligation légale, la mise en avant de la politique RSE peut être un outil très efficace en matière d’avantage concurrentiel. L’entreprise met ainsi en avant son comportement éthique auprès de ses partenaires et de ses clients.

Les autres concepts autour des enjeux de la raison d’être