Préciser la raison d’être

Depuis la loi PACTE, toutes les entreprises françaises doivent désormais prendre en compte les enjeux environnementaux et sociaux de leur activité. Ce premier niveau d’engagement concerne toutes les entreprises et n’est pas optionnel. Pour celles qui le souhaitent, elles peuvent s’engager un peu plus dans cette direction, en définissant ce que cette même loi introduit comme la raison d’être. Cela constitue alors le deuxième niveau d’engagement parmi les conditions nécessaires.

Notion de raison d’être

La raison d’être est la finalité de l’entreprise, son but. Elle doit refléter de manière à donner du sens à son activité. Avec la loi PACTE, les entreprises sont encouragées à la définir, en mettant en avant la contribution de l’entreprise à la société dans son ensemble.

L’entreprise qui le souhaite pourra étendre son objet social en le renforçant grâce à cette raison d’être. Ce sera le cas des entreprises à mission.

Comment procéder pour préciser sa raison d’être ?

L’entreprise formera un comité de pilotage, qui aura pour objectif de collecter les perceptions que les parties prenantes de l’entreprise ont de celle-ci, afin de faire émerger le sens profond qu’on lui donne. Idéalement, la raison d’être traduira l’impact positif de l’entreprise vis à vis de son environnement.

Si toutes les entreprises sont encouragées à définir leur raison d’être, l’entreprise à mission en devenir ne pourra par contre pas s’en arrêter là. La définition de sa raison d’être constituera la première étape. Elle devra par la suite inscrire sa raison d’être dans ses statuts, et formuler des engagements qui traduisent cette raison d’être en actions concrètes.

Les autres conditions nécessaires