Ikigaï Marketing

Parmi les différentes approches et méthodologies qui permettent d’aider à définir sa raison d’être, il existe une méthode arrivée tout doit du Japon : l’ikigaï. Ce concept, à l’origine synonyme de raison d’être, est devenu un outil puissant de réflexion pour des questions de quête de sens.

Iki-quoi ?

L’ikigaï est un concept japonais qui ne trouve pas de traduction exacte en français. On pourrait interpréter ce terme comme ‘raison d’être‘ ou encore ‘joie de vivre’. Il désigne ce qu’un individu pourrait définir comme sa raison de se lever le matin, sa vocation. Déclinée à l’entreprise, cette question pourrait correspondre à celle que l’on se pose au moment de la définition de la raison d’être : quel est le sens de l’entreprise.

Concrètement, la méthode d’ikigaï marketing consiste à trouver le point de croisement entre ce que l’entreprise aime faire, ce en quoi elle est douée, ce pourquoi elle est payée et ce dont le monde a besoin. Quand un élément de réponse correspond à deux de ces questions à la fois, on peut déterminer la vocation, la passion, la mission ou le métier, mais c’est l’intersection des quatre, la réponse qui peut correspondre aux quatre élément, qui donne l’ikigaï, ou raison d’être.

Motivation : ce que l’entreprise aime

Dans le cas d’un ikigaï individuel, la première question à poser à quelqu’un qui chercherait sa voie serait de savoir ce qu’il aime faire. De même, la première question à se poser pour une entreprise qui s’interroge sur son sens sera de savoir ce qu’elle aime faire, la motivation de ses fondateurs ou dirigeants, pour donner les grandes priorités. Sans motivation et réel intérêt pour son activité, impossible de trouver du sens à ce que l’on fait.

Compétence : ce pour quoi l’entreprise est douée

Deuxième question qui peut paraître évidente mais qui est capitale : quelle est la compétence de l’entreprise ? En quoi est-elle experte ? On peut avoir une vocation ou un fort intérêt pour quelque chose, si l’on n’a pas de talent particulier pour cela, on ne peut pas réussir. Le métier de l’entreprise, sa compétence, sera donc au cœur de la réflexion ikigaï.

Marché : ce dont le monde a besoin

C’est là encore une question primordiale : on peut aimer faire quelque chose et être doué pour cela, si le monde n’en a pas besoin, ce talent restera vain. C’est d’ailleurs une des premières questions à valider dans le business plan d’une entreprise : est-ce que le monde a besoin de ce que l’on propose sur le marché ? Sans réponse affirmative à cette interrogation, mieux vaut changer de cap. La question de la contribution à l’intérêt général étant tellement importante dans la démarche de raison d’être, cet élément de l’ikigaï fera l’objet d’une étude approfondie.

Chiffre d’affaires : ce pour quoi l’entreprise est payée

Enfin, le dernier aspect d’un ikigaï est de se recentrer sur une question plus terre à terre mais essentielle : qu’est ce qui fait vivre l’entreprise financièrement ? Quel chiffre d’affaires est nécessaire ? Sans stratégie pérenne de ce côté-là, toute passion ou mission ne pourra s’inscrire dans une logique long terme. On en revient à l’expertise de l’entreprise, qui ne peut être dissociée de sa raison d’être.

Les autres éléments à prendre en compte pour définir sa raison d’être