Exemples de raisons d’être

Depuis que la loi PACTE encourage les entreprises françaises à définir leur raison d’être, nombreuses sont celles qui décident de se prêter à l’exercice. Avant de se lancer, il peut être intéressant de se pencher sur ce qui est fait ailleurs, et étudier quelques exemples de raisons d’être.

Tour d’horizon de l’existant

Face à la page blanche, le comité de pilotage chargé de définir la raison d’être d’une entreprise pourra commencer par prendre exemple sur les nombreuses grandes entreprises qui ont déjà réfléchi à leur raison d’être.

Ces cas d’école peuvent donner une idée de la démarche globale dans laquelle elles se sont inscrites, et de ce à quoi doit ressembler une raison d’être alignée et percutante, puisqu’il ne s’agit pas seulement de trouver un slogan ou de construire une coquille vide.

Orange

Le géant des télécommunications était déjà bien ancré sur ses valeurs et une certaine image de marque. Sa direction a fait le choix de non seulement définir sa raison d’être, mais aussi de la co-construire avec ses parties prenantes. C’est ainsi que son PDG a lancé une campagne collaborative à l’échelle mondiale, invitant tous ses collaborateurs à définir le rôle d’Orange dans la société. Pour ce faire, le groupe a utilisé une application mobile de participation, Toguna.

Lego

Le groupe danois aux petites briques de plastique est un excellent exemple d’entreprise qui a non seulement réfléchi à sa raison d’être, mais qui l’a inscrite dans une démarche globale, au service d’une vision. Le groupe Lego a ainsi détaillé ses valeurs, ses promesses et sa vision, avant de décliner la mission ou raison d’être qui en découle.

Danone

Groupe centenaire et parmi les marques préférées des français, Danone peut s’appuyer sur son objectif qui est le même depuis sa création et qui se met au service du consommateur. La marque a choisi de se positionner comme un label de confiance, et renforce cette démarche en prenant des engagements concrets. Là encore, les collaborateurs de l’entreprise ont été sollicités pour définir les objectifs stratégiques du groupe.

Decathlon

Depuis sa création, le groupe Decathlon a toujours eu à cœur de développer son activité commerciale tout en s’engageant pour le développement durable. Pionnier de la RSE en ce sens, il fait partie des premiers à se doter d’une raison d’être, alliant ses deux objectifs.

MAIF

La loi PACTE sortait à peine des presses que la MAIF avait déjà engagé les démarches pour non seulement définir sa raison d’être, mais également briguer le statut d’entreprise à mission. Dès 2019, l’entreprise, qui a toujours été gouvernée sans actionnaires ni capital social, choisit de renforcer son identité sociétaire militante et annonce sa détermination à obtenir le fameux statut.

Camif

L’entreprise française Camif, avant-gardiste dans sa démarche RSE, n’a pas attendu la loi PACTE pour se proclamer entreprise à mission. C’est dès 2014 qu’elle choisit d’étendre son objet social en inscrivant sa mission dans ses statuts. Elle prend depuis des engagements concrets en ce sens et coche toutes les cases nécessaires pour être accréditée en tant qu’entreprise à mission.

Les autres éléments à prendre en compte pour définir sa raison d’être