Déploiement de la raison d’être

Une fois la RE définie, le comité de pilotage en charge du projet de la construction d’une raison d’être devra s’atteler à la déployer. La réussite de cette phase sera clé pour que la raison d’être puisse vivre au sein de l’entreprise et à l’extérieur, et qu’elle soit représentée par ses dirigeants et collaborateurs.

Facteurs clés de succès pour un déploiement réussi

Pour que le déploiement puisse se faire avec les meilleures chances de réussite, il faudra que la raison d’être ait été définie de façon simple, inspirante, crédible, et déclinable à toutes les parties prenantes.

Un manquement à l’un de ces critères pourrait entraîner de la confusion, ou pire, un rejet de la part de ceux qui devront la vivre au quotidien. Il faut que la raison d’être soit le leitmotiv de la société, et donne à ses parties prenantes l’envie de se ranger derrière.

Déclinaison en principes concrets

La formulation choisie pour la raison d’être devra dans un premier temps être déclinée en éléments concrets. En effet, sous forme de phrase, elle doit être compréhensible de tous ; mais entre la comprendre et la représenter dans son métier, il y a un grand pas à franchir.

Le comité de pilotage devra donc s’assurer que la raison d’être soit traduite en principes clés, concrets et applicables. Des exemples et des processus pourront être travaillés par les responsables de chaque département, afin d’embarquer leurs équipes vers la réalisation de cette raison d’être dans tous les objectifs et les décisions du quotidien. Il faudra, concrètement, que les actions de chaque salarié représentent chaque jour la raison d’être de l’entreprise.

Bien évidemment, le comité de direction aura le rôle principal pour montrer l’exemple, et devra s’assurer que ces grands principes se retrouvent dans toutes les décisions de gestion et dans le mode de management.

La communication, enjeu du déploiement

La meilleure définition de la raison d’être ne serait rien sans une campagne de communication pour la mettre en avant.

En effet, comme chaque collaborateur de l’entreprise devra représenter la raison d’être, il est impératif que celle-ci ait été portée à sa connaissance, et expliquée ! Idem pour tous les responsables, qui n’auront pas forcément fait partie du comité de pilotage et devront donc être mobilisés autour de cette démarche forte.

La communication interne sera donc la première étape, mais la communication externe sera tout aussi importante. Toutes les parties prenantes externes de l’entreprise, directes ou indirectes, devront être informée de la raison d’être choisie, afin de renforcer l’entreprise dans la légitimité de sa démarche.

Une stratégie de mobilisation pourra être mise en place pour cela. Elle comportera la construction d’un récit inspirant et engagement, le choix de canaux et de supports de communication, ou encore l’organisation d’événements. Comme pour l’aboutissement de ses autres projets de création, l’entreprise pourra ‘lancer’ sa raison d’être comme un lancement de nouveau produit.

Plus l’entreprise se montrera fière et en phase avec sa raison d’être, plus elle ralliera les équipes et le public à sa démarche. Ce n’est qu’ainsi que la raison d’être pourra prendre vie, et que l’entreprise pourra en tirer la légitimité.

Les autres étapes pour construire une raison d’être