Constituer un comité de pilotage

La construction de la raison d’être peut être appréhendée comme n’importe quelle autre conduite de projet d’entreprise. Et comme pour tout projet, la première étape consiste à désigner les personnes qui vont le mener à bien, et à définir les étapes clés du projet.

Qui compose un comité de pilotage ?

Le comité de pilotage est un groupe de personnes qui a un réel pouvoir de décision au sein de la structure du projet. On retrouvera dans ce comité des décideurs de l’entreprise, capables de prendre des arbitrages, et des experts du sujet, qui pourront éclairer les prises de décision.

Dans le cadre du comité de pilotage dédié à la raison d’être, on retrouvera donc les dirigeants de l’entreprise et des représentants des parties prenantes ou des collaborateurs. S’il en existe un dans l’entreprise, le ou la responsable RSE sera un membre capital de ce comité, notamment pour pouvoir exposer tout ce qui est fait dans l’entreprise en termes d’éthique et de démarches sociales et environnementales.

L’idéal est de représenter également les principaux services via leurs responsables, afin que les perceptions de la raison d’être et les attentes quant à celle-ci puissent venir des différents métiers de l’entreprise. Les fonctions du front office (ventes, opérations…) pourront faire remonter nombre de réalités ‘terrain’, et les responsables back office (ressources humaines, marketing, communication…) seront aussi très concernés par les impacts de la définition d’une raison d’être.

Les missions liées à la définition de la raison d’être

Le comité de pilotage aura dans un premier temps un rôle de collecte, en amont, de toutes les informations pouvant permettre la définition de la raison d’être.

Parmi les étapes clés de cette phase, on trouvera notamment la consultation des parties prenantes. La première question à se poser sera donc déjà de savoir quelles parties prenantes sont à considérer dans cette consultation (clients, investisseurs, partenaires, collaborateurs…).

Une fois cette liste propre à chaque entreprise établie, le comité de pilotage va ensuite avoir pour rôle de les interroger sur leur perception de l’entreprise et de son identité, mais aussi sur les attentes qu’ils ont par rapport à la raison d’être. Il sera aussi important de les sonder sur l’impact qu’ils pensent que la raison d’être aura, dans son déploiement, sur leur périmètre.

Après la consultation des parties prenantes, une autre étape essentielle sera de recenser l’existant, afin de comprendre les fondations de la raison d’être qui sera construite par-dessus. Les valeurs de l’entreprise, ou encore les différentes actions déjà mises en place pourront être autant d’éléments qui permettront d’affiner les prémices de la raison d’être.

Les étapes relatives au déploiement

Une fois le brainstorming effectué et la raison d’être définie, c’est ce même comité qui se chargera de la communiquer et de la déployer.

Pour la rendre applicable, le comité de pilotage devra la décliner en principes concrets, qui deviendront une ligne de conduite claire auprès des différents acteurs. La raison d’être devra pour cela avoir été définie de façon simple, adaptable et inclusive des parties prenantes.

Il sera également important de bien communiquer, en interne comme en externe, pour que la raison d’être devienne un véritable étendard sous lequel se rassemblent toutes les parties prenantes de l’entreprise.

Et après ?

Le suivi du déploiement de la raison d’être construite par le comité de pilotage devra être assuré par les responsables de direction, de façon à la faire vivre au quotidien. Si l’entreprise choisit d’inscrire cette raison d’être dans ses statuts et de devenir une entreprise à mission, alors elle devra désigner un comité de suivi. Celui-ci prendra le relais du comité de pilotage, afin de s’assurer du respect de la raison d’être et de la mission de l’entreprise.

Les autres étapes pour construire une raison d’être